Un potager bio : pourquoi et comment ?

Pour débuter son premier potager bio quelques principes fondamentaux sont à connaître notamment en terme de choix des plantes, d’engrais naturel, de rotation des cultures et autres traitements des parasites.

Un potager bio nécessite tout d’abord un ensoleillement généreux et une protection efficace des cultures contre les vents dominants. Evitez autant que possible la proximité d’une maison qui ferait de l’ombre et les arbres gourmands en eau.

Une fois l’emplacement choisi, le jardinier devra choisir des plantes adaptées à sa région et aux vicissitudes du climat.

Pour faciliter le travail du sol, le jardin sera divisé en carrés séparés par des allées. Les plantes vivaces comme les aromatiques, les asperges ou encore la rhubarbe seront reléguées de préférence en bout de jardin ou sur les bordures pour mieux réaliser les binages et bêchages futurs.

Une fois les carrés délimités, les plantations pourront débuter au rythme des saisons.

Une aubaine pour votre santé et pour la planète

Pour éviter l’apport d’engrais chimique et de pesticides, associez les plantes qui vont se compléter : sachez par exemple que l’ail, l’oignon ou encore l’échalote ralentissent le développement des légumineuses comme les haricots et les pois. Même chose pour les choux qui contrarient la croissance des fraisiers et le fenouil les carottes.

Traditionnellement, les carottes se plantent à côté des poireaux, des oignons et de la coriandre, les tomates se plantent à proximité des oignons, les haricots à côté des radis. Les soucis tiendront éloignés les insectes des carottes, des choux et des laitues tandis que les œillets d’inde avec leurs odeurs particulières éloigneront les nuisibles des tomates.

Sachez de plus que le meilleur rempart pour échapper aux insectes ravageurs est de laisser une partie du jardin en semi friche.

Les ennemis des cultures pourront y trouver de quoi manger et par ricochet, les amis des cultures comme les rouge gorges et les abeilles aussi.

Si par bonheur vous avez un terrain à ortie, garder les précieusement pour leur grande efficacité sur les maladies les plus courantes que vous traiterez grâce à une décoction adaptée (purin d’ortie).

Une fois vos plantations mises en place, vous pourrez débuter la fabrication de votre propre compost pour amender votre sol à la morte saison. Ce compost aura le même effet chimique qu’un engrais sans pollution aucune.

Enfin, l’année suivante, procédez à la rotation de vos cultures. Cette technique vous évitera d’appauvrir votre sol. Un arrosage au goutte à goutte avec de l’eau de pluie récupérée mettra la touche finale à votre potager bio.

Source : https://www.aujardin.info

Auteur de l’article : Nanabio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *