Polar Kid, le magnifique combat d’un pilote français contre la « maladie » de l’Arctique

L’aviateur français Loïc Blaise a décollé le 12 juillet 2017 pour le Grand Nord. En 2012, cet ancien pilote professionnel se fait diagnostiquer d’une sclérose en plaque qui le poussera cinq ans plus tard à partir à l’aventure pour découvrir comment, tout comme lui, l’Arctique est atteinte d’un syndrome dont elle souffre chaque jour un peu plus.

On pourrait presque dater la période de grande curiosité que suscita l’Arctique, à la fois dans les médias et dans les opinions publiques européennes : les années 2007-2009, tant le retentissement de certains événements était grand.

En effet on assista successivement à la pose en 2007 d’un drapeau russe en titane par plus de 4 000 mètres de profondeur, à la déclaration d’Ilulissat (Groenland danois) de 2008, à la publication du United States Geological Survey, qui annonça en 2008 que l’Arctique recèlerait 22 % des ressources énergétiques « non découvertes mais techniquement exploitables » et à l’instauration en 2009 de l’autonomie renforcée du Groenland, avant une indépendance acquise et programmée. Géopolitiquement, l’Arctique intéresse et suscite l’intérêt des pays. Mais qu’en est-il de sa situation climatique et environnementale ? C’est une question à laquelle Loïc Blaise cherche à répondre à travers son projet Polar Kid – Le Tour des Mondes Arctiques.

Polar Kid – Le Tour des Mondes Arctiques

A 34 ans, Loïc Blaise apprend qu’il est atteint d’une sclérose en plaque et qu’il ne pourra plus piloter son hydravion. Mais c’est avec un réel mental de battant qu’il prévoit néanmoins sa prochaine mission : faire le tour du cercle Arctique en avion pour exposer au monde ce qui menace cette région, et par la même occasion démontrer qu’un combat n’est jamais perdu d’avance, qu’il soit physique ou climatique.

« Tous les jours, je perds quelque chose et l’Arctique est à l’image de ce que je vis. Chaque fois que cette région perd un écosystème, un peuple, un animal, il ne le reverra pas. »

Les conditions extrêmes, l’inaccessibilité et la rareté des hommes ont longtemps préservé la nature de cette région de haute latitude. Mais depuis 1960, les perturbations dues à l’activité humaine s’y multiplient. Les exploitations minières et pétrolières sont des facteurs sérieux d’altération du milieu qui s’ajoutent à la pollution produite par la circulation des navires et des véhicules, les fuites d’oléoducs, les accidents sur les champs d’extraction, le développement rapide du tourisme, la militarisation… surtout quand celle-ci s’appuie sur des armes et des navires atomiques.

80 jours – du 12 juillet au 5 août 2017 et du 15 avril au 5 juillet 2018 – c’est la durée du challenge que Loïc Blaise s’est lancé pour comprendre la métamorphose du cercle arctique.

En parcourant la Russie/Sibérie, le Détroit de Béring, l’Alaska, le nord du Canada, le Groenland, l’Islande, les Iles Féroé, l’Ecosse/les Îles Shetland, la Norvège, la Suède et la Finlande, on ne peut qu’attendre avec impatience le retour de cette expédition et l’image qu’il nous donnera de ce monde mystérieux fait de glace.

Source : https://lareleveetlapeste.fr

Auteur de l’article : Nanabio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *