Le littoral méditerranéen menacé par le béton

Pourquoi le littoral en Méditerranée est-il en danger ?

Il ne faut pas se voiler la face, l’urbanisation à outrance est incontestablement un des facteurs aggravants. La construction de maisons bien trop proches des rivages, le sempiternel essor urbain et le grand boom du tourisme en Méditerranée impactent directement de nombreux sites naturels.

Quant à l’Espagne, c’est la construction illégale d’un énorme hôtel qui menace l’équilibre de la faune et de la flore d’un parc naturel. Les fameuses Salines du Liban en péril à cause d’un complexe touristique…
Malheureusement les exemples pullulent, voilà pourquoi il est temps de prendre les mesures qui s’imposent comme le réclame à cor et à cri Lepetitcornichon.com.

Quasiment un tiers du tourisme à l’échelle internationale emprunte la Méditerranée. Pour rappel, celle-ci s’étend sur un littoral de 46 000 kilomètres et regroupe pas moins de 21 pays.

Espagne : quand les promoteurs ont les dents longues….

Les pressions sont énormes en Espagne, il faut dire que ses 8 000 km de côtes suscitent bien des convoitises. Les associations de protection du littoral sont unanimes, la croissance exponentielle du tourisme a ses limites et force est de reconnaître qu’elles sont très largement dépassées.

Bien des Espagnols se souviennent d’un hôtel gigantesque (21 étages) bâti dans la plus grande illégalité dans un parc naturel à Agarrobico en Andalousie.  L’expression « bétonnage intensif du littoral » prend tout son sens quand on sait qu’il avoisine les 500 mètres à l’intérieur des terres, et ce dans plusieurs provinces.

Qu’en est-il de la pression foncière en France ?

L’hexagone dispose d’une loi littorale dont l’objectif est de préserver l’environnement. La France possède 15 000 kilomètres de côtes. Les constructions de maisons en bord de mer sont légion et certains plagistes peu scrupuleux n’hésitent pas à empiéter sur le domaine public en toute illégalité. S’agirait-il d’un jeu de dupe où les plus malins passeraient entre les mailles d’un filet ? Pour l’heure, la réponse reste à l’appréciation de tout un chacun. De toute évidence, le Conservatoire du littoral à fort à faire. Jusqu’à présent cet organisme public a tout de même obtenu la protection de 200 000 hectares.

La privatisation des plages libanaises

Seulement 20% du littoral est en libre accès, du moins pour le moment. Tout le reste est devenu payant. Suite au désengagement de l’État, les complexes touristiques ont poussé comme des champignons. Les zones côtières sont grignotées par les promoteurs. Un rapport officiel fait état de constructions illégales s’étendant sur 5 millions de mètres carrés.

Auteur de l’article : Nanabio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *